.

Cycle de conférences 2011/2012 - L'avenir du passé : politiques de l'archive

politique-de-larchive

Hiam Abbass photographiée à l'hôtel de l'Univers, rue des Poissonniers, 75018 paris, France, 24 novembre 2000 (archives maquettes-sans-qualité)

Cycle conduit par Giovanna Zapperi et Alejandra Riera

L’archive représente un enjeu majeur pour les arts visuels dans leurs formes les plus critiques. Les usages de l’archive dans l’art contemporain s’inscrivent le plus souvent dans une tendance actuelle à interroger les documents dans leurs implications avec un ensemble complexe de relations, de conflits et de subjectivités. Depuis une vingtaine d’années, l’archive s’est imposée comme un matériau artistique susceptible d’ouvrir des possibilités inédites d'expérimentation avec le savoir historique et avec ce que l'on conçoit souvent comme un discours de l’objectivité. En effet, la question du savoir est au cœur de cette problématique dans la mesure où les artistes contemporains interrogent l’autorité du document (son caractère de témoignage et d’objectivité), tout en proposant de penser l’art comme une pratique de la connaissance. Le film et la photographie, qui renvoient, par les caractéristiques qui leur sont propres, à la mémoire, à l’identité et à l’histoire, se sont imposés comme les médias privilégiés de ce tournant. En général, les usages des documents sont marqués par une incertitude à l'égard de leurs effets de réalité et par une ambivalence à l’égard de l’authenticité de l’image documentaire

Michel Foucault a souligné que l’archive représente un mode de régulation du passé (et donc du savoir) : « l’archive, c’est d’abord la loi de ce qui peut être dit, le système qui régit l’apparition des énoncés comme évènements singuliers » (L’Archéologie du savoir, Paris, 1969, p. 170). En prenant pour point de départ cette imbrication des archives et de la fabrication du savoir, ce cycle de conférences propose d’aborder l’archive dans une perspective politique. Il s’agira d’envisager différentes manières de penser l’archive dans sa dimension culturelle, sociale et esthétique, ainsi que la création d’archives (réelles ou imaginaires) permettant de faire émerger des histoires marginales ou refoulées. Si, comme l’écrivait Walter Benjamin, le passé n’existe qu’à partir de la perspective du présent, nous proposons de mettre en œuvre un regard rétrospectif susceptible de réactiver un passé jusqu’ici indéchiffrable. La question des politiques de l’archive sera abordée avec le concours d’intervenants issus de différentes disciplines (artistes, critiques d’art, philosophes, historiens…).


CALENDRIER
Les conférence sous ouvertes au public. Elle se déroulent le mercredi à 17h à l'amphithéâtre de l'ENSA.

  • Mercredi 19 octobre : "Les archives, une fabrique de l'histoire falsifiable ?", SOPHIE WAHNICH, historienne, chercheure au CNRS.
  • Mercredi 02 novembre : CORINNE MAURY, enseigne l’histoire et l’esthétique du cinéma à l’Université Toulouse II – Le Mirail.
  • Mercredi 23 novembre : NATASA PETRESIN-BACHELEZ, critique d’art et commissaire d’exposition, directrice des Laboratoires d’Aubervilliers.
  • Mercredi 30 novembre :  JUDITH REVEL, philosophe, Université Paris 1- La Sorbonne.
  • Mercredi 7 décembre : TERESA CASTRO, enseigne la théorie des images à l’Université Paris III – la Sorbonne nouvelle.
  • Mercredi 14 décembre : FLORENCE LAZAR, artiste, Paris.
  • Mercredi 4 janvier : VINCENT MEESSEN, artiste, Bruxelles.
  • Mercredi 25 janvier: VIRGINIA VILLAPLANA, artiste et chercheure, Barcelone.

RadioRadio

Une radio temporaire de création fabriquée par des étudiant(e)s de l’Ensa Bourges
en FM : 105.1 à Bourges
et sur le web

Atelier sonore d’esthétique

Créé en 2005, l’Atelier sonore d’esthétique, est un séminaire de recherche esthétique en création sonore expérimentale — site web

Arts et créations sonores

Post-diplôme en partenariat avec le Conservatoire de musique et de danse de Bourges — d'électroacoustique — site web