.

Arts et créations sonores

Post-diplôme

Depuis 2000, l’école nationale supérieure d'art de Bourges a initié un atelier dédié aux pratiques sonores qui n’a cessé de se développer grâce à un renforcement de l’équipe enseignante, des équipements et de sa relation avec l’école et la classe de musique électroacoustique du conservatoire de musique de la ville de Bourges.
L’innovation de ce projet résulte de ce croisement entre les pratiques musicales électroniques et les pratiques sonores. Il s’agit de créer des ponts entre la musique électronique et toute l’invention des pratiques sonores, de mélanger des étudiants d’horizons différents, de les doter de cette double approche pour favoriser la création. Aujourd’hui, en France, seul le conservatoire de Lyon dispense un cursus de musique électroacoustique au niveau Master.
Le post-diplôme Arts et créations sonores s’inscrit dans le cadre d’une proposition alternative et dirigée vers la création.

Contexte d'émergence du post-diplôme

L’école et le conservatoire n’auraient jamais développé leur spécificité sans la présence de l’institut international des musiques électroacoustiques à Bourges (I.M.E.B.). Ce centre national de composition musicale a été pionnier en cette matière. Le festival « Synthèse » a été pendant des années le rendez-vous incontournable de tous les compositeurs de musique électroacoustique mondiaux.
La classe d’électroacoustique, menée par Roger Cochini au Conservatoire de Bourges, a conservé ces savoirs et a formé, depuis plusieurs décennies, de jeunes compositeurs et praticiens. Depuis de nombreuses années, l’école travaille en partenariat étroit avec elle ; de nombreux étudiants de l’école ont suivi un double cursus.
L’école et le conservatoire sont légitimes à revendiquer cet héritage qu’ils ont toujours su animer. Le post-diplôme s’inscrit dans cette filiation dont découle son originalité, consistant à croiser musique et son.

Le pôle enseignant

L’école a créé un pôle son au sein de son équipe pédagogique en regroupant :
- un docteur en esthétique, Alexandre Castant, spécialisé dans l’histoire du son en relation avec les pratiques contemporaines ;
- un compositeur et chercheur, Jérôme Joy, qui anime avec Peter Sinclair de l’école d’art d’Aix le laboratoire « Locus Sonus » ;
- un ethnomusicologue et musicien, Jean-Michel Ponty, qui a développé depuis trois ans une plateforme radiophonique de création;
- un compositeur, Roger Cochini, professeur au conservatoire de musique et de danse de Bourges.

Les outils

L’école développe toute la chaîne opératoire, de la création sonore et musicale à sa diffusion publique :
- pour produire, elle dispose de 3 studios de création (un quatrième prévu pour de petits ensembles), d’un équipement mobile de prise de son et de diffusion, d’un plateau de tournage vidéo.
- pour diffuser, elle s’est dotée d’une plateforme radiophonique de création, en hertzien et en streaming et d’une salle, en cours de réalisation, classée en type « L », d’une jauge de 200 personnes, qui pourra accueillir des concerts ou toutes autres manifestations en lien avec les réalisations du post-diplôme.

- le département de musique électroacoustique du Conservatoire de Bourges est pourvu  de six studios de création et d’un équipement mobile de prise de son et de diffusion.

Les partenariats

L’école vise aussi à amplifier sa position nationale et régionale, notamment :
- en associant d’autres écoles et universités à sa plateforme radiophonique ; elle a invité les écoles du Mans et de Marseille pour construire des programmations de création ;
- elle développe un programme sur l’histoire de la radiophonie en invitant des personnes pionnières des radios de création, telles, Kaye Mortley (radio France), Dinah Bird (pour les radios pirates) ;
- en s’inscrivant dans des programmations de radio de création, notamment en lien avec l’UQAM, l’école des Médias, spécialité radio, au Québec ou festival de Belleville ;
- en participant à la mise en œuvre de l’association « Ju:biluz » en lien avec les scènes nationales régionales et le centre culturel de rencontre de Noirlac, en vue de développer la création musicale en région Centre.
- en s'appuyant sur un réseau de partenaires institutionnels :
le réseau national des écoles d’art enseignant les arts sonores;
le réseau de lieux ressource, le CNCM : Gmea Albi, La Muse en circuit, GMEM Marseille, Ina Sup, Ina GRM…

La spécificité du post-diplôme

L’enseignement est construit et conduit par l’Ecole nationale supérieure d’art et le département de musique électroacoustique du Conservatoire de la ville de Bourges.
La création du post-diplôme intervient comme une suite logique à cette accumulation de compétences et de pratiques qui induisent le développement d’une recherche qui croise les pratiques musicales électroniques et les pratiques sonores.
L’ensemble des ressources décrit ci-dessus, soutenu par un environnement dynamique justifie l’instauration de cette entité de recherche et de formation de haut niveau, fondée sur des principes d’interdisciplinarité et de transversalité.

La session se développe sur une année scolaire.
- Une partie du temps est consacrée aux huit modules de cinq jours au cours desquels les étudiants devront suivre les séminaires obligatoires comportant des temps de formation pratique et théorique, dispensés par des intervenants extérieurs, des plages de rencontre et d’analyse critique de leur projet de recherche.
- Une autre partie sera organisée librement par les étudiants pour conduire leur recherche personnelle qui pourront solliciter les ressources des institutions d’accueil.
Ces huit semaines seront articulées autour des thématiques définies (cf programme 2013-2014). La dernière sera consacrée à l’installation et la monstration des projets personnels.

Les interventions extérieures sont choisies sous la responsabilité d’un comité scientifique comprenant les directeurs des deux structures, au moins un enseignant de chaque structure, Roger Cochini pour le Conservatoire et Jean-Michel Ponty pour l’Ensa, une personnalité extérieure associée. Chaque intervenant sera présent pendant une journée et demie afin de développer sa communication et de pouvoir consacrer un temps de dialogue portant sur chaque projet de création. Leur intervention peut prendre la forme de cours, d’atelier, de séminaires…

Les objectifs du post-diplôme sont :
- approfondir la formation technique et artistique d’artiste et/ou de musicien par une formation pluridisciplinaire ;
- placer l’enjeu de création au cœur des croisements des pratiques musicales et sonores ;
- engager une recherche transversale autour du sonore et des formes contemporaines

RadioRadio

Une radio temporaire de création fabriquée par des étudiant(e)s de l’Ensa Bourges
en FM : 105.1 à Bourges
et sur le web

Atelier sonore d’esthétique

Créé en 2005, l’Atelier sonore d’esthétique, est un séminaire de recherche esthétique en création sonore expérimentale — site web

Arts et créations sonores

Post-diplôme en partenariat avec le Conservatoire de musique et de danse de Bourges — d'électroacoustique — site web