.
mardi 26 février 2019
vendredi 01 mars 2019
Workshop
semaine externe #2
semestre 2
2018-2019
10h
Salle d'écoute
15 participants
2018-2019

par David Michael Clarke

Neal Beggs

David Michael Clarke began his artistic carrier back in the 1990’s in Glasgow, and since 2000 he has been resident in France where he has continued to build a significant body of work. His practice utilizes many of the media common to art practice today to which he has also successfully added a unique language of music and song; the subject of our workshop. If you are interested to explore this crossover world of contemporary art and song then David is here to help and encourage you in this adventure.

David is bilingual and the workshop will be conducted in both English and French. The aim of the workshop is to produce a recording, a collection of songs, in four days from Ground Zero! No previous experience is necessary for this workshop, but if you do have experience, particularly with respect to electronic or acoustic music, its creation, production and recording, regardless of style, this would be a great help and your presence would be very welcome. The same applies to those who like to sing but may not write, or write but prefer not to sing. Remember its not just words that make a song.

Pour en savoir +

Pour en savoir +

Nous avons 4 jours pour concevoir, écrire et produire un album. Alors, « pas de sommeil jusqu'à … » 

Comme suggéré par son titre ce workshop propose une approche délibérément simpliste et surtout non-technique à l’incorporation d’une activité musicale au sein d’une pratique dite « visuelle ». Ainsi ce workshop s’adresse aux étudiant(e)s musicalement novices ainsi qu’aux virtuoses. Évidemment chaque étudiant(e) est fortement invité à participer individuellement mais sachez que ce projet se veut collectif et collaboratif.

David Michael Clarke

David Michael Clarke s’amuse à faire se côtoyer des œuvres d’art avec des situations issues de son quotidien. Sur le double principe de la rencontre et d’une pensée à la dérive, il détourne, arrange, s’approprie, multiplie et croise les registres culturels, qu’ils soient populaires ou savants. Il affectionne tout particulièrement, et non sans malice, les glissements de sens entre la culture de son pays d’origine et celle de son pays d’accueil. Interrogeant le langage, ses jeux de mots sont bien souvent le point de départ de projets artistiques qui peuvent prendre la forme d’événements ou d’objets qu’il prend soin de faire jouer avec le milieu qui les accueille. Son attention au contexte l’amène à habiter les lieux et à créer des moments de convivialité.

Selon Didier Lamandé, le travail de David Michael Clarke se poursuit selon quatre modalités. La première est la création d’œuvres en relation avec un lieu, telles que « Le Hérisson volant » ou « L’Unité d’habitation pour 24 lapins ». La seconde consiste à réactiver des œuvres de son propre répertoire ou celles d’autres artistes, designers ou architectes tels que Rietveld, Le Corbusier ou Mies Van Der Rohe. La troisième est de demander le prêt d’œuvres à d’autres artistes ou à des institutions en leur expliquant la nature de l’exposition, comme il l’a fait récemment au Musée Calbet et au centre d’art La Cuisine de Nègrepelisse. La quatrième enfin consiste pour David Michael Clarke à intervenir sur des œuvres empruntées en ayant soin au préalable d’obtenir l’autorisation des artistes concernés, comme sur « La niche » de Michel François, ou sur la pièce « Un mètre carré de rouge-à-lèvres » de Fabrice Hyber. Cette pratique, que l’on pourrait nommer collaborative, n’est pas sans poser la question de l’auteur, du statut de l’artiste, ainsi que celle de la nature d’un tel projet.
Depuis quelques années David Michael Clarke a ajouté un élément musical à son oeuvre. Ce n’est pas seulement une manière d’incorporer un certain lyrisme dans le travail, mais ces nouvelles collaborations inter-disciplinaires lui permettent d’explorer d’autres territoires artistiques et aussi faire apparaître l’histoire narrative de l’oeuvre. 





Appel à candidature 2020-2021
- Projet curatorial

> en français
> in english


 

Appel à candidature 2020-2021
- Résidence d'artistes

en français
in english


 

livret 18 19

Livret 2018-2019

Le livret de l'Ensa Bourges n'existe plus sous forme papier.
Vous trouverez sur le site les modalités des cursus.
Le contenu des différents modules d'enseignement est accessible sur les agendas via l'interface de messagerie.

 

RadioRadio

Une radio temporaire de création fabriquée par des étudiant(e)s de l’Ensa Bourges
en FM : 105.1 à Bourges
et sur le web

Atelier sonore d’esthétique

Créé en 2005, l’Atelier sonore d’esthétique, est un séminaire de recherche esthétique en création sonore expérimentale — site web

Arts et créations sonores

Post-diplôme en partenariat avec le Conservatoire de musique et de danse de Bourges — d'électroacoustique — site web

dsra
document & art contemporain

3e cycle — avec l'ÉESI Poitiers-Angoulême — site web