.
amphithéâtre
18h

Sur une proposition d’Alejandra Riera

Images extraite du film Ananas d’Amos Gitai

Ananas

d'Amos Gitai

Réalisé par Amos Gitaï, le documentaire Ananas (1984, 76 min) part d’une étiquette de boîte d’ananas en conserve sur laquelle on lit : « produit aux Philippines, mis en boîte à Honolulu, distribué à San Francisco », et dans un coin, « imprimé au Japon ».

Mélange de discours historique, de témoignages et d’images révélatrices, Ananas appréhende et démêle les différents fils de la toile d’araignée mondiale que représente une multinationale de fruits.

"Dans sa construction formelle, c'est un défi au documentaire conventionnel. Du premier entretien avec un agronome de la Dole Corporation, cadré de façon asymétrique dans son fauteuil, illustrant son discours au bord de la piscine avec une nature morte de fruits tropicaux, jusqu'au détail final de la machine à étiqueter reculant au milieu du cadre, on voit bien que Ananas ne fait pas que raconter une histoire, observer ou expliquer. Sa puissance considérable ne provient pas des formes habituelles du journalisme d'investigation, de l'observation type ciné-vérité ou même de l'agitprop, mais de sa façon d'interroger les prétentions de ces modes de cinéma à la véracité, la transparence et l'objectivité. Ananas évite la narration en voix off ethnocentrique et la caméra voyeuriste propre aux films ethnographiques, en donnant par exemple aux nombreuses personnes interviewées le luxe de parler pour eux-mêmes, et non, comme souvent, en se faisant confisquer la parole. Mais ils n'échappent pas à l'œil critique de la caméra. (...) La stratégie d'Amos Gitai n'est ni de ridiculiser, ni de sanctionner ses sujets. Il tente plutôt de miner la confiance du spectateur dans la transparence de ce qui est dit et de ce qui est vu. Il encourage à regarder ce qu'ils représentent plutôt qu'à juger ce qu'ils sont. En conséquence, les interviews mêmes, plus que les individus, apparaissent comme des symptômes de la relation inégalitaire et complexe de l'Occident vis à vis du Tiers Monde. »
David Lusted, Framework, n°29, 1985.

Voir un extrait du film

 

RadioRadio

Une radio temporaire de création fabriquée par des étudiant(e)s de l’Ensa Bourges
en FM : 105.1 à Bourges
et sur le web

Atelier sonore d’esthétique

Créé en 2005, l’Atelier sonore d’esthétique, est un séminaire de recherche esthétique en création sonore expérimentale — site web

Arts et créations sonores

Post-diplôme en partenariat avec le Conservatoire de musique et de danse de Bourges — d'électroacoustique — site web